Déserts médicaux : l'ordre des médecins alerte


Pour lutter contre les déserts médicaux, « les bonnes solutions » restent à trouver, a prévenu jeudi l’Ordre des médecins, invitant le gouvernement à ne pas reproduire les erreurs de ses prédécesseurs, à la veille de la présentation d’un plan pour l’accès aux soins.
 
« Le temps est venu d’être politiquement efficace », a lancé le président du conseil national de l’Ordre des médecins (Cnom), Patrick Bouet, à l’occasion de la présentation de son 11e atlas démographique annuel.
 
Car les années suivent… et se ressemblent : la France n’a jamais compté autant de médecins – près de 216.000 praticiens en activité recensés au 1er janvier 2017, un chiffre plutôt stable depuis dix ans (+0,9%) – , mais les déserts médicaux persistent, voire s’étendent.
 
La profession, vieillissante, voit notamment ses effectifs décroître chez les généralistes (-9,1% de 2007 à 2017, soit 88.000) dans toutes les régions à l’exception des Pays-de-la-Loire. Et plus généralement dans les cabinets libéraux, où le nombre de médecins a baissé de 10% au profit des hôpitaux et autres structures accueillant des médecins salariés (+10%), désormais majoritaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>