Cet article constitue ma participation à un évènement inter-blog. C’est Ben Le Brozec, du blog “Bourse Ensemble” qui en est l’organisateur et qui nous a proposé de plancher sur “LE meilleur livre sur la Bourse”.

Le livre dont je vais vous parler aujourd’hui a été écrit par Julien Flot du blog Graphseo Bourse et qui réalise de belles plus-values avec sa stratégie. Il a bien voulu nous la dévoiler dans son ouvrage de 300 pages :”la stratégie du moindre risque”. En matière de day-trading (achats/ventes dans la journée) ou de swing-trading pour une possession un peu plus longue des titres, ce livre est ce qui se fait de mieux sur internet.

Je n’utilise pas sa stratégie d’investissement, car la mienne est beaucoup plus orientée sur le long terme et sur du trading hebdomadaire, mais j’avoue que ce livre est très bien fait et très explicite pour celui ou celle qui souhaite être plus actif sur le marché.

Quelques bribes de ce livre et mon opinion

Tous les extraits que je cite dans l’article sont bien évidemment très développés dans le livre de Julien.

  • Gagner en bourse est im-possible, rayez la mention inutile

Julien :” tout est possible pour celui qui est prêt à travailler dur, à faire des erreurs (et vous en ferez) et à se relever plus fort en croyant en soi même et en continuant de persévérer sur la route du succès comme nul autre.”

Moi : il est possible de gagner en Bourse si et seulement si on prend le temps de s’informer, de se former et de rester connecter au marché par internet, les médias et la presse. On fait des erreurs dans tout ce l’on entreprend et en Bourse c’est la même chose. C’est pourquoi, pour se donner toutes les chances de gagner en Bourse, il faut aimer l’argent, la finance, l’économie et être passionné par la Bourse.

  • Quel investisseur êtes-vous et quelle stratégie vous correspond ?

Julien :” l’investisseur long terme se base avant tout sur des facteurs économiques pour choisir ses titres puis sur des indicateurs techniques mais seulement sur une échelle long terme en données hebdomadaires. L’avantage de cette technique, c’est que l’investisseur se focalise sur les grands mouvements, les grandes tendances, et évite de ce fait tout le bruit à court terme sur les marchés.”

Moi : la raison pour laquelle plus de 9 traders sur 10 ruinent leur portefeuille est que ce bruit à court terme sur les marchés vient ajouter à leur gestion de portefeuille, une gestion psychologique bien souvent trop lourde et trop compliquée pour tenir sur le long terme.

  • Pourquoi vous perdez en bourse et comment l’éviter

Julien : “ je pense que l’on n’apprend rien d’un portefeuille virtuel. Il n’y a rien de mieux que de sauter dans le grand bain, et d’investir directement en réel.”

Moi : en effet, je pense aussi qu’il vaut mieux débuter en Bourse avec un compte réel. Le travail en amont doit être important (se former et s’informer) et ensuite on peut investir en Bourse sereinement dans un portefeuille réel. Si vous investissez tranquillement et sur le long terme, il n’y a pas de soucis. Par contre, un trader très actif peut éventuellement s’essayer sur un compte virtuel, mais sur quelques semaines et pas plus.

  • Comprenez l’importance de savoir vendre

Julien : “ savoir vendre ses actions devient également quelque chose de vital et je dirais même que c’est encore plus vital de savoir quand vendre ses actions, plus que de savoir exactement quand rentrer. Évidemment savoir gérer les deux fera de vous un grand investisseur.”

Moi : pour moi c’est la plus grande difficulté en Bourse, car c’est à ce moment-là que l’on peut être tenter de déroger à notre stratégie et de vendre par cupidité ou par peur. Vous voyez dans votre compte une plus-value latente de +100% sur un titre du cac40 et votre indicateur est toujours dans le vert et/ou l’entreprise est encore sous-évaluée, que faire ? Il faut respecter sa stratégie quoiqu’il arrive et vendre si l’indicateur nous en donne l’ordre ou pour l’investisseur qui affectionne l’approche fondamentale, vendre si le cours a dépassé sa valeur intrinsèque.

  • Comment il faut vendre

Julien : “ Il y a en effet une question primordiale, utilisez-vous des ordres-stops ou à seuil de déclenchement pour solder vos titres à moindres pertes ? Il y a comme souvent sur un sujet plusieurs écoles. Mais tout le monde vous dira qu’un mauvais management des stops conduire à la perte de votre capital tôt ou tard.”

Moi : Julien parle longuement dans son livre de “comment vendre une action”. Pour ma part, c’est très simple, je vends lorsque mon indicateur de suivi de tendance m’en donne le signal. Je n’ai pas à me préoccuper de passer des ordres à seuil de déclenchement, des ordres à cours limité, des ordres intelligents, etc….

  • Mon money management

Julien : “ j’ai eu l’idée de vous exposer comment à titre personnel je gère mon capital et mes positions dans mon portefeuille personnel.”

Moi :Le money management ou la gestion des risques a une importance capitale dans le trading à court terme. Certains traders arrivent à gagner de l’argent en Bourse tout en ayant plus de trades perdants que de trades gagnants. Je n’ai pas eu le plaisir de voir leur méthode, mais je pense qu’un excellent money management doit être à la base d’une bonne performance.

  • Appliquez la Stratégie des 2%

Julien : “ la taille d’une position est très importante. La plupart des investisseurs perdent en bourse à cause de leurs émotions. Mais ce que beaucoup oublient c’est que nos émotions prennent le dessus sur notre objectivité, rationalité lorsque notre position ne tourne pas à notre avantage, mais surtout lorsque nous tradons trop gros.”

Moi : Julien a raison et je rajouterais que pour gérer au mieux nos émotions, il faut investir en Bourse avec de l’argent que l’on est prêt à perdre. Je vous recommande de lire le livre d’Alexandre Elder : “vivre du trading”. Un point particulièrement important développé dans cet ouvrage est le « position sizing » ou l’exposition.

  • Et comment je place mes stops loss

Julien : “ à part quelques valeurs de l’eurolist C qui sont suffisamment liquides, contentez-vous de placer vos ordres stops loss uniquement sur les valeurs éligibles au SRD donc majoritairement de l’eurolist A.”

Moi : en trading, vous devez passer votre ordre d’achat et dans la foulée, votre ordre de vente, sinon vous vous exposez à de mauvaises surprises.Personnellement, je focalise mes achats sur les valeurs de l’indice cac40 et donc je n’ai pas à me soucier de passer des stops loss.

  • Spécialisez-vous

Julien : “ même s’il y a en effet des opportunités partout sur les marchés et qu’en effet faire des arbitrages est souvent une bonne stratégie, il convient néanmoins de ne jamais oublier les actions que l’on connaît bien.”

Moi : Je me suis spécialisé sur les valeurs de l’indice cac40 et je surveille les principaux indices boursiers. Sachez une chose : lorsque la tendance des marchés est forte, toutes les valeurs montent et inversement lors des krachs boursiers, alors pourquoi devrions-nous regarder toutes les valeurs des bourses françaises, américaines, anglaises…(plusieurs milliers) ?

  • Mon journal de trading et ce que j’en ai retiré

Julien : “ le journal de trading, c’est prendre 10 minutes chaque jour pour noter tous les trades que vous avez faits, à quels prix vous les avez faits, pourquoi telle ou telle décision et pourquoi vous avez eu raison ou tort.”

Moi : mon journal de trading se limite à une petite feuille sur excel, car je ne passe pas beaucoup d’ordres et il y a aussi le blog qui me pousse à archiver les avis d’exécutions et à tenir mon journal de trading à jour.

  • Arriver à tendre vers un trading pro

Julien : “ avant de devenir un trader, de générer des plus values et d’être efficient, l’investisseur se devra de respecter plusieurs règles. Il ne s’agit pas de lire ces règles, mais bien d’y adhérer et de les respecter. C’est le respect, la rigueur dans ce respect de toutes ces règles qui vous armera pour gagner en bourse. Suivez ces règles et vous augmenterez sensiblement vos gains.”

Moi : Julien développe dans son livre les 10 conditions à respecter pour tendre vers un trading professionnel. Je rajoute qu’il faut au minimum 100 000€ de capital boursier pour prétendre faire du trading de pro et pour pouvoir appliquez la règle des 2% (voir le livre d’Alexandre Edler cité plus haut) avec facilité.

Conclusion

A la lecture de la stratégie du moindre risque, j’ai relevé ces quelques passages qui me paraissaient importants, mais sur les 300 pages qu’il contient, vous devriez en trouver d’autres. Julien donne également :

  • 50 règles pour survivre en bourse
  • Si vous ne deviez retenir que 10 choses
  • Lexique boursier sur 145 mots et expressions boursières

Ce livre est très complet pour celui ou celle qui souhaite rentrer dans l’arène de l’investissement boursier. Il donne des conseils et explique très bien les bases de l’analyse technique et graphique.