Or : Moins de découvertes minières, mais une demande asiatique toujours aussi forte.

Un défi attend les analystes du marché de l’or pour qui ce marché est la somme de l’offre moins la demande.

L’homme trouve de moins en moins d’or sur terre. Les nouvelles découvertes de dépôts diminuent depuis au moins dix ans, selon le graphique vu sur le forum des métaux précieux de Bloomberg.

Sur le long terme, il n’est pas difficile de voir que cela forcera les cours de l’or à la hausse. Bien sûr, il existe de larges réserves de métaux précieux au-dessus du sol. Ces stocks d’or extraits depuis 5 000 ans tendent à revenir sur le marché quand les prix augmentent. Cela aide à satisfaire la demande et aussi à refroidir un peu la frénésie de la hausse des cours.

Alors que la diminution du nombre des découvertes de filons d’or n’indique peut-être pas avec certitude la résurgence d’un marché haussier pour cette année, ou l’année suivante, le manque de nouveaux projets miniers devrait, au bout d’un temps, diminuer les niveaux record de productions minières annuelles. Si la demande indienne et chinoise maintient ses niveaux récents, sans compter un accroissement, l’on verrait une hausse des prix.

L’analyste en chef pour Bloomberg Industries, Kenneth Hoffman, estime que la demande chinoise et la demande indienne réunies sont déjà parties pour dépasser la production minière mondiale chaque année. La différence devra provenir des stocks existant au-dessus du sol.

L’on devrait donc voir des cours plus hauts, il me semble.