Test possible du support sous les 1 200$.

Aujourd’hui, 04/04/2016, à 13H22 :Les cours de l’or ont reculé vers les 1 216 dollars l’once lundi matin à Londres, mais ont maintenu leur niveau bas de six mois observés vendredi alors que le dollar US s’échangeait aux plus bas en cinq mois sur les marchés des changes.

Pourquoi ces éléments sont importants et impactent les cours de l’or ?

Les prix des obligations d’état majeures ont aussi affiché des baisses, stimulant les yields à la hausse. Les actions européennes ont grimpé de plus d’un pourcent.

Les marchés des actions en Chine et la bourse de l’or de Shanghai étaient clos pour le festival Ching Ming (période de respect des ancêtres et nettoyage des tombes).

Nous pouvons voir que les marchés commencent à s’unir autour des anticipations que la Fed va remettre sur la table les hausses des taux, peut-être en mai ou en juin, estime l’analyste Edward Meir de la maison de courtage américaine INTL FCStone.

L’or pourrait chuter bientôt sous les 1 200 dollars et tester le support important de double plancher vers les 1 170 – 1 175 dollars, a-t-il continué.

La banque de métaux précieux Scotia Mocatta a indiqué dans une note technique qu’elle pensait que la consolidation pourrait se maintenir sur le court terme.

L’or a rebondi de presque 17% contre le dollar les trois premiers mois de 2016, ce qui marque sa plus forte hausse trimestrielle en presque 30 ans. Pendant ce temps, les attentes pour une seconde hausse des taux d’intérêt par la Fed ont semblé s’estomper.

Les cours de l’argent ont bougé dans un écart de 10 cents lundi matin proche des 15,00 dollars l’once, après avoir subi un plongeon de 4% vendredi après la publication des chiffres sur les emplois US plus forts qu’attendus.

Le pétrole Brut a reculé vers 38,50 dollars le baril, prolongeant sa baisse de vendredi suite aux remarques du prince député d’Arabie Saoudite concernant les doutes autour d’un accord possible entre les producteurs majeurs afin de réduire la production.

Un rapport de Barclays sur l’investissement britannique publié en mars a indiqué que les commodités n’avaient pas été si populaires avec les investisseurs depuis longtemps et n’avaient pas atteint les niveaux d’investissement observés jusqu’ici cette année.