Les hedges funds sont négatifs sur l’argent.

« Les traders de fonds spéculatifs ou hot money de court terme spéculent contre les cours de l’argent comme jamais avant », écrit Adrian Ash pour BullionVault Argent.

Les haussiers de long terme pourraient s’en inspirer. Car les hedge funds et les autres participants de la hot money tendent à parier avec la tendance, marquant des tournants décisifs quand leurs paris atteignent des niveaux extrêmes.

Et leurs spéculations au total ont grandi jusqu’ici de façon extrême en 2014.

Les chiffres de la semaine dernière par les régulateurs américains CFTC ont montré que les traders non commerciaux (ce qui veut dire les grands participants en dehors de l’industrie de l’argent), avaient maintenu sur le marché des plus grands produits dérivés un nombre record de contrats baissiers contre l’argent.

Ceci vaut pour les contrats à terme ou Future sur le Comex et pour les contrats des options sur le Comex aussi.

Oui, dans leur ensemble, les hedge funds dans le monde ont aussi maintenu des paris haussiers. Mais, net net, pour la première fois depuis 2003 ces contrats positifs n’ont pas su dépasser la semaine passée les paris baissiers de la hot money.

silver

Le graphique de la spéculation sur l’argent sur le Comex pour le long terme montre que les larges positions à découvert ou shortsignifient que les hedge funds sont maintenant négatifs sur l’argent dans leur ensemble. En termes de valeur du métal sur laquelle ils spéculent, ces positions négatives valent quelques 220 millions de dollars US.

Pourquoi ce changement du sentiment de la hot money n’a pas tiré les cours de l’argent vers le bas ?

Comparons avec le point de vue de long terme pour les fonds indiciels cotés en bourse que sont les ETF, détenant maintenant plus d’argent qu’avant. Les utilisateurs de BullionVault continuent aussi a renforcé leurs positions sur l’argent. Les influx d’argent vers les coffres de BullionVault étaient les plus élevés en mai 2014, et ce depuis décembre 2012.

L’un de ces groupes, soit les haussiers soit les baissiers, a tout faux. Mais en voyant l’action des prix de l’argent très plat, voire ennuyeux, au cours de la fin des années 1990 quand les grands spéculateurs avaient pour la dernière fois amené leurs paris nets vers zéro et un peu moins, les haussiers et les baissiers pourraient bien être tous deux déçus sur le court terme.

Ce qui est remarquable est le niveau de stabilité des cours de l’argent se maintenant au-dessus des points bas de trois ans en 2013, étant donné les mouvements amples des paris spéculatifs.

Le contexte des taux d’intérêt à zéro et des stimuli sans fin semble de moins en moins remarquable à mesure que le temps passe.