Il n’est forcément nécessaire d’avoir un minimum de million d’euros pour investir dans la vigne. Il est possible de posséder des parts dans un domaine viticole en joignant un placement collectif dans des Groupements Fonciers Viticoles ou GFV.

Les avantages d’investissement dans la société viticole

Vous pouvez bénéficier des avantages fiscaux, cet investissement peut vieillir et augmenter avec le temps. Au sein d’une société de groupement foncier viticole. Cette société de gestion réunit un nombre assez limité d’associés étant des personnes physiques. Ces associés gèrent des parcelles vinicoles et entrent dans un genre de scpi pour effectuer leur investissement. Et en tant qu’investisseur ayant un statut de copropriétaire dans le domaine viticole, il est donc libéré des problèmes de gestion qui sont pris en charge par des professionnels. Pour l’exploitation des produits, un viticulteur s’en occupe dans un cadre de temps à long terme de 18 ans ou 25 ans par un paiement en espèces du fermage. Un des avantages d’investir dans le vin est de pouvoir exercer et investir dans un environnement écologique et environnemental.

Comment investir dans le domaine viticole?

Chaque associé peut prendre des parts de GFV. Normalement, les prix unitaires se trouvent entre 3 000 et 50 000 euros. Et les investisseurs sont avertis et soumis à l’impôt sur la fortune immobilière ou IFI. Spécialement pour les parts de GFV, les associés bénéficient aussi d’une réduction d’IFI jusqu’à 75% de la valeur de leurs investissements. Mais cette réduction concerne l’investissement jusqu’à 101 900 euros environ, et devient au-delà de cette valeur 50%. Le même cas est adopté pour les investissements dans ces mêmes groupements viticoles par des donations ou tout simplement le cas de successeurs issus des associés. Et de ce fait, si les parts ont été financées par emprunt ou pas par des versements en espèces directes, les intérêts peuvent être soutirés par les autres revenus fonciers dans le groupement viticole. Vous pouvez donc investir dans une valeur sûre qui va s’épanouir au fil des années et investir à long terme. Le GFV utilise le contrat gagnant-gagnant entre les associés qui investissent et le viticulteur. Alors, le viticulteur évite tous les problèmes du coût foncier ainsi que d’un contrat de bail renouvelable dans un cadre de temps à long terme. Le viticulteur a donc le temps de bien s’occuper de l’outil de production et de la conduite du vignoble en ne se souciant pas des règles foncier viticole. De ce fait, les associés aussi bénéficient chaque année des rendements en espèces ou en bouteilles de vin. Un rendement qui varie de 1,5 à 4,5% environ selon la société Bacchus conseil. 

Les problèmes d’investissement dans la vigne

Investir dans le vin est comme investir dans n’importe que entreprise qui oeuvre dans la transformation de produit brut en produit fini comme le vin. Mais actuellement, le monde de la vigne française connait une crise, même si investir dans la vigne est considéré comme investir dans l’or rouge. D’abord, il y a les expositions directes des vignes comme les animaux ou les maladies, les animaux qui vous forcent à mettre du produit sur vos vignes et ainsi diminuer la qualité des matières brutes à l’exploitation. Ou aussi les maladies qui rongent, comme la maladie bleue ou la pourriture grise, et après les associés changent de technique qui nécessite beaucoup d’investissement pour éradiquer la maladie et prévenir qu’elle revienne frapper. Ensuite, il y a les effets climatiques comme les gelées : d’hiver, printemps et automne, les grêles, l’excès d’eau l’échaude avec les vents et la foudre. Et enfin, la solution pour résoudre ces problèmes prend du temps à prendre forme et vont donner à ces problèmes le temps de détruire les récoltes. Les solutions sont donc envisageables, mais c’est l’investissement qui peut retarder ces solutions.