Le financement participatif ou « crowdfunding » permet à des porteurs de projets de rassembler des fonds auprès d’une communauté de financeurs par le biais d’une plateforme dédiée. Concrètement, le terme crowdfunding lui seul englobe 3 différentes formes de financement participatif à savoir le don, le prêt et la participation au capital. Gros plan donc sur ces 3 modes de financement par la foule.

Le financement participatif par le don

Le crowdfunding par le don est la forme la plus courante du financement participatif. Celui-ci peut généralement se présenter sous 2 différentes formes. Plus concrètement, le don en question peut, soit être désintéressé, ou plus précisément sans contrepartie, et s’accompagne parfois d’avantages fiscaux, soit donner à lieu une récompense, un cadeau ou à une commande. Le premier est surtout basé sur le principe de don sans contrepartie, connue également sous l’appellation de « crowdgiving ». Celui-ci se veut alors plus altruiste et philanthropique du fait qu’il s’apparente davantage au mécénat ainsi qu’à la donation. Cette forme de financement participatif se révèle alors moins efficace lorsqu’il est question de financer une entreprise. Elle se destine plutôt pour des projets caritatifs à l’initiative des particuliers. Ce sont donc les ONG et associations caritatives qui sont les plus concernés par ce genre de financement.

Pour ce qui est du deuxième, on parle plutôt de « rewared-based crowdfunding » ou financement sans aucune contrepartie financière. Ici, les investisseurs prennent en charge le financement d’un projet. En contrepartie, le porteur de projet doit les récompenser par un service ou par un objet. Il convient de souligner que ce mode de financement concerne aussi bien les entreprises que les particuliers. À la différence du crowdfunding caritatif, celui-ci se révèle être plus pertinent pour financer un projet entrepreneurial. Pour de plus amples précisions quant au financement par la foule, rendez-vous sur ce site.

Le crowdlending ou prêt participatif

Ledit crowdlending est la forme la plus récente du financement participatif. Si les établissements bancaires étaient auparavant les seuls à avoir le droit d’octroyer du prêt, l’apparition du prêt participatif a supprimé ce monopole bancaire. Chaque porteur de projet peut alors se voir octroyer des fonds nécessaires pour le financement de leur projet sans qu’ils aient à s’orienter vers des banques. Néanmoins, un tel mode de financement est rigoureusement encadré et plus contraignant : chaque investisseur ne peut pas investir plus de 2 000 € (crowdlending avec intérêts) ou 5 000 € (crowdlending sans intérêts) dans un même projet, l’emprunt total est plafonné à 1 000 000 €, durée de remboursement de 7 ans maximum, taux d’intérêt fixé au préalable. Le principe du crowdlending est donc très simple : les porteurs de projets, par le biais d’une plateforme dédiée, proposent à des investisseurs particuliers d’investir dans leurs projets sous forme d’emprunt. Dès qu’ils atteignent leur seuil de financement, ces porteurs de projets pourront rembourser chaque investisseur ayant soutenu leurs projets.

On compte aujourd’hui deux formes de prêt participatif, à savoir le prêt simple qui constitue une alternative aux prêts bancaires et les minibons qui se veulent plus souples que les prêts classiques. À noter que les minibons sont des bons de caisse dédiés exclusivement au prêt participatif. La durée de remboursement maximal est de 5 ans avec un taux d’intérêt avec intérêt. La valeur ajoutée de cette forme de crowdlending réside dans le fait qu’elle n’exige aucun plafonnement d’investissement.

Le crowdequity ou crowdfunding en actions

Appelé également « equity crowdfunding », le crowdequity ou crowdfunding en actions est une forme de financement permettant aux investisseurs de financer des entreprises et startups non cotées en bourse en échange d’un accès à leur capital. À l’instar des « Business Angels » ou « investisseurs providentiels », les investisseurs, dans le cadre d’un investissement participatif, deviennent actionnaires. À ce titre, ils peuvent prétendre à des dividendes en fonction de la performance de la structure et également à des plus-values lors de la revente de leurs parts.

Le principal intérêt de cette forme de financement participatif réside dans le fait que les porteurs de projets peuvent faire appel à des investisseurs ayant une capacité d’investissement significative. Le crowdequity constitue un véritable tremplin pour le financement des startups, des PME et TPE. Ici, le levé des fonds se fait également via des plateformes dédiées, ce qui veut dire que les porteurs de projets peuvent s’affranchir du circuit de financement bancaire traditionnel.