Les comptes courants gratuits sont en train de disparaître. En raison de la phase de taux d’intérêt bas, les banques et les caisses d’épargne augmentent leurs frais de compte dans tous les domaines. Toutefois, les institutions ne doivent pas induire leurs clients en erreur, mais doivent également être attentives à la transparence des prix.

Le prix peu flatteur du “paquet tricheur de l’année” a récemment été remporté par Evian, l’eau minérale de Danone Waters. Danone avait réduit la capacité de la bouteille d’Evian de 1,5 à 1,25 litre ; dans le même temps, les détaillants ont augmenté le prix. En fin de compte, l’augmentation des prix partiellement cachée dans certains supermarchés a atteint 50 %, a réprimandé le centre de conseil aux consommateurs de Hambourg.

De nouveaux frais, habilement dissimulés

En tant que protecteur des consommateurs, on ne peut éviter l’impression que divers forfaits trompeurs sont également sur le marché dans le secteur du crédit. Oui, de nombreuses banques et caisses d’épargne ont un besoin urgent de nouvelles sources de revenus, car les taux d’intérêt ont touché le fond. Les opérations de paiement et les services connexes sont devenus une source de revenus intéressante. Mais est-il possible que certaines institutions ne jouent pas avec des cartes ouvertes, mais – semble-t-il – préfèrent cacher les frais à leurs clients ?

Détérioration secrète de la qualité, c’est-à-dire moins de services pour le même prix ou même pour plus d’argent, produits annoncés comme “nouveaux” mais à peine modifiés, qui sont ensuite vendus à un prix plus élevé, détails des coûts cachés, publicité trompeuse : certaines astuces de l’industrie alimentaire sont également utilisées dans le secteur financier.

Le tout nouveau principe

De nouveaux modèles de compte avec des ensembles de services différemment structurés suggèrent une valeur ajoutée aux clients. Mais parfois, ils dissimulent aussi des hausses de prix. À la mi-2016, par exemple, HypoVereinsbank a abandonné le compte courant gratuit et a introduit de nouveaux modèles. Il en existe aujourd’hui trois : le compte exclusif (14,90 euros par mois), le compte plus (7,90 euros), le compte actif (2,90 euros plus 5 euros pour la carte EC). Les clients peuvent réduire le coût de leur compte de 25, 50 ou 100 % en achetant d’autres produits financiers à la banque, tels que des contrats de société de crédit immobilier ou des plans d’épargne de fonds. Félicitations au client, qui a toujours une vue d’ensemble lorsqu’il choisit un compte.

Gratuit – mais seulement avec un astérisque

Bien que les comptes courants réellement gratuits soient désormais rares, certaines banques en font encore la publicité – mais le mot “gratuit” est souvent accompagné d’un astérisque qui signale des restrictions. C’est ce que montre également un échantillon aléatoire prélevé par la Verbraucherzentrale NRW au début du mois de mars. À la Aachener Bank, par exemple, la gestion gratuite des comptes en ligne (modèle VR-Net) prend fin à partir du 51e poste de réservation du mois. Pour chaque objet supplémentaire, entre 0,40 et 2,50 euros sont collectés, selon la transaction.

Le compte totalement gratuit doit bien entendu inclure la carte bancaire. Ce n’est par exemple pas le cas de la Sparda-Bank West, qui facture dix euros par an.

La Commerzbank fait également de la publicité avec un compte courant gratuit. Mais seuls ceux qui liront la note de bas de page ci-jointe découvriront le montant minimum de 1 200 euros par mois requis pour les rentrées d’argent liquide. En outre, chaque transfert documenté coûte 1,50 euros de plus. Le centre de conseil aux consommateurs de NRW a récemment adressé un avertissement à la Commerzbank parce que la banque a expliqué le contenu de la note de bas de page si loin sur son site web que le client a dû d’abord faire défiler la page vers le bas.

Frais cachés

De nombreux frais ne sont souvent pas clairement reconnaissables par le client en petits caractères et/ou sont formulés en très petits caractères, de sorte que la vue d’ensemble est perdue. Par exemple, une caisse d’épargne de Rhénanie-du-Nord-Westphalie annonce un compte en disant que les clients peuvent retirer de l’argent gratuitement avec leur carte d’épargne à des milliers de distributeurs automatiques du groupe de caisses d’épargne. Cependant, si vous tournez la page dans la liste des prix, des frais de 0,30 euros y sont indiqués si le client retire de l’argent aux guichets d’autres caisses d’épargne.

Compte tenu du grand nombre de cas, il n’est pas étonnant que les demandes de renseignements des clients au centre de conseil aux consommateurs augmentent dès qu’une banque augmente à nouveau ses frais ou introduit de nouveaux modèles de comptes. Malgré le manque fréquent de transparence, nous conseillons à nos clients de comparer plusieurs prestataires et – si cela leur convient – d’avoir le courage de changer.

Comme cette disposition, qui n’était guère prononcée dans le passé, augmente lentement mais régulièrement, les paquets trompeurs risquent de se venger tôt ou tard. Les clients qui ne découvrent que ce qu’on leur a récemment demandé de payer par le biais de recherches minutieuses ou par hasard se sentent trompés. En tout état de cause, les consommateurs sont de plus en plus sensibles aux coûts en raison de la hausse des prix des comptes. Et ils ne craignent plus autant la conversion fastidieuse de dizaines d’ordres permanents et d’autorisations de prélèvement. Cela est devenu plus facile grâce à l’assistant de changement de compte et à FinTechs, qui sont maintenant exigés par la loi et transforment l’aide au changement de banque en modèle commercial. À long terme, des relations équitables et transparentes avec les clients en termes de frais devraient donc être payantes pour le secteur bancaire.