Les entreprises familiales ont-elles plus facilement accès aux prêts bancaires que les autres entreprises ? Au moins, elles jouissent d’un crédit de confiance par rapport aux autres entreprises, comme le montre une récente enquête. Les entreprises familiales présentent-elles des avantages par rapport aux entreprises non familiales en termes de financement bancaire ?

Un avantage financier pour les entreprises familiales ?

Pourquoi les entreprises familiales devraient-elles bénéficier d’un avantage financier ? D’un point de vue théorique, on pourrait faire valoir que le rôle de la famille dans le renforcement de la confiance leur donne un avantage de réputation par rapport aux entreprises non familiales. La confiance est créée par le fait que la famille a façonné l’entreprise pendant longtemps et qu’il est très probable qu’elle souhaite la transmettre à la génération suivante. L’orientation à long terme et l’intention de transmettre l’entreprise réduisent la probabilité que l’entreprise familiale ait tendance à adopter une stratégie particulièrement risquée.

La famille est liée en permanence à l’entreprise, alors que dans les entreprises non familiales, les actionnaires ou les directeurs peuvent changer plus rapidement. En outre, les actionnaires familiaux sont, généralement, moins diversifiés que les actionnaires d’une société publique. On peut, donc, supposer qu’une famille est plus “prudente” dans ses affaires que les entreprises non familiales. En outre, des pratiques commerciales douteuses porteraient atteinte non seulement à la réputation de l’entreprise, mais aussi, à un second niveau, à celle de la famille. Enfin, la stabilité du personnel dans l’entreprise familiale peut, également, faciliter les négociations de crédit au niveau personnel, à condition que la stabilité du personnel soit, aussi, disponible du côté des banques.

Dans l’ensemble, ces arguments suggèrent un accès plus facile au financement bancaire pour les entreprises familiales. Dans la terminologie de la recherche sur les entreprises familiales, on parlerait ici d’avantages grâce à la soi-disant familiarité et à la diminution des problèmes d’agence entre le débiteur et le prêteur.

En vedette : Immobilisations corporelles

Les immobilisations corporelles sont, généralement, considérées comme ayant plus de valeur que les immobilisations incorporelles en cas de crise. Plus un emprunteur possède de biens corporels, plus le prêteur se sent en sécurité, c’est pourquoi il est prêt à accorder davantage de prêts. Pour les entreprises non familiales, l’analyse a montré que le montant des actifs corporels augmente considérablement le niveau de la dette bancaire. Ainsi, la moindre confiance des prêteurs dans l’emprunt des entreprises non familiales est en partie remplacée, par une meilleure réalisabilité des immobilisations corporelles dans le cas d’un prêt non productif. Pour les entreprises familiales, aucune corrélation entre les actifs corporels et la dette bancaire n’a pu être établie.

Les entreprises familiales bénéficient de la confiance

En résumé, les résultats peuvent être interprétés comme suit. La propriété d’une entreprise familiale a un effet de renforcement de la confiance dans l’emprunt que les entreprises non familiales n’ont pas. Les entreprises familiales peuvent, ainsi, plus facilement contracter des prêts bancaires. Les entreprises non familiales compensent la baisse de confiance des prêteurs en ayant davantage d’immobilisations corporelles.

Aussi, réjouissant que le résultat puisse paraître, au premier abord pour les entreprises familiales, il est peu probable qu’il soit, également, vrai pour toutes les entreprises familiales.