La numérisation modifie également les services bancaires.

Les produits dans le domaine de l’investissement numérique sont de plus en plus mis sur le marché.

Une étude récente a examiné quels sont les modèles commerciaux les plus demandés et qui présentent donc les meilleures possibilités de développement à long terme.

Le développement de la numérisation touche également les services bancaires et financiers.

Après les offres dans le domaine du financement en ligne, des produits dans le domaine de l’investissement numérique apparaissent de plus en plus souvent.

Quatre modèles de gestion de la monnaie et des actifs numériques

Sur la base d’une analyse du marché suisse, allemand, britannique et américain, une étude du groupe de réflexion Swisscom e-foresight, en coopération avec l’Institut für Finanzdienstleistungen Zug (IFZ), examine les quatre modèles commerciaux suivants dans le domaine des investissements numériques et de la gestion des actifs.

Selon la banque, ces modèles sont adaptés à différentes exigences, mais peuvent également être combinés.

Basée sur une enquête menée auprès de 821 clients en Suisse, l’étude montre les besoins du point de vue du client et déduit les volumes de marché (suisse) pour les quatre modèles d’entreprise jusqu’en 2020.

Il montre également quelles sont les stratégies de tarification adéquates pour les différents modèles d’entreprise.

Caractéristiques des quatre modèles de base pour l’investissement numérique

Les quatre modèles de base de l’investissement numérique peuvent être caractérisés comme suit :

Les Robo Advisors sont hautement standardisés, automatisés et ne nécessitent pas d’interaction personnelle.

Le commerce social repose sur les réseaux sociaux : Les utilisateurs partagent leurs propres stratégies commerciales ou investissent dans des stratégies commerciales déjà publiées par d’autres.

L’investissement numérique soutenu par des conseils est très sophistiqué, peut être personnalisé et offre la possibilité d’un conseil personnalisé.

Ce modèle commercial se rapproche le plus des offres actuelles des banques.

Le modèle hybride combine les caractéristiques du Robo Advisory avec un soutien de conseil sélectif.

Selon le modèle commercial, un fournisseur peut facturer des frais différents.

En général, les offres en matière d’investissement numérique augmentent la pression sur les marges dans le domaine de la gestion de l’argent et des actifs.

La confiance et la compétence restent déterminantes

Parmi les particuliers suisses interrogés dans le cadre de l’étude, une majorité peut imaginer d’investir une partie de leur patrimoine via des solutions d’investissement numériques.

Alors que 44 % des personnes interrogées n’investiraient que 10 à 30 % en numérique, un quart d’entre elles ont déclaré qu’elles investiraient également plus de 30 % de leurs actifs en utilisant des produits d’investissement numériques.

L’enquête montre que si la confiance et la compétence sont de la plus haute importance, les clients veulent aussi pouvoir passer eux-mêmes des commandes numériques.

Les personnes interrogées ont cité la simplicité au sens d’une utilisation intuitive et d’une compréhensibilité comme la raison la plus importante d’utiliser des solutions d’investissement numérique.

Les préoccupations de sécurité sont la raison la plus fréquemment citée pour s’opposer à l’utilisation de ces produits.

Un autre aspect important est le faible coût. Avec une offre de qualité comparable, 69 % des personnes interrogées préféreraient l’offre numérique de leur banque attitrée à un fournisseur externe.

Forte croissance des investissements numériques en Suisse

L’étude prévoit que le marché suisse des investissements numériques connaîtra une croissance à deux chiffres au cours des prochaines années.

Toutefois, les volumes d’investissement sont faibles, en particulier pour les offres entièrement automatisées.

Plus prometteuses sont les offres qui combinent les assistants numériques et les conseils personnalisés.

En général, l’investissement numérique conviendra aux masses à l’avenir. Le fait que le conseil personnel reste un élément important place les banques établies dans une bonne position de départ vis-à-vis des jeunes pousses.