Les taux d’intérêt sur les comptes d’épargne baissent depuis plusieurs années et flirtent avec le taux zéro. Qu’est-ce qui a conduit à cette chute spectaculaire et pourquoi s’en tenir à un taux d’intérêt nul?

Pour répondre à ces questions, il faut revenir sur les changements radicaux que la crise du crédit de 2008 a apportés.

Ici, nous expliquons brièvement et simplement comment nous nous sommes retrouvés dans cette situation.

Au début

Après la crise de 2008, les grandes banques centrales telles que la Fed, la Banque centrale des États-Unis et la Banque centrale européenne (BCE), sous l’impulsion de Mario Draghi, ont tenté de relancer la dynamique de l’activité économique.

Leur idée était de remettre plus d’argent en circulation, avec l’intention d’encourager l’investissement et la consommation, et d’augmenter la liquidité.

À cette fin, ils ont commencé à acheter des actions de la dette publique, c’est-à-dire des obligations d’État, à divers moments. Ils ont ainsi injecté de nouveaux actifs liquides, qui ont été utilisés par les investisseurs boursiers pour de nouveaux investissements.

L’augmentation de la demande d’actions a entraîné une augmentation significative des valeurs boursières, qui sont tombées à 43% pendant la crise du crédit. C’est ainsi que l’économie a repris.

Afin de dynamiser la consommation privée, les banques centrales ont simultanément abaissé leurs taux d’intérêt, ce qui a entraîné en même temps une baisse de ces taux dans les banques commerciales.

La baisse des taux d’intérêt a facilité l’accès au crédit pour davantage d’emprunteurs privés, comme vous et moi. Les dépenses de consommation en ont été stimulées.

Prenez le prêt hypothécaire, par exemple:

Un faible taux d’intérêt encourage l’achat, la rénovation ou la construction de maisons.

En raison de la demande accrue, davantage de travaux sont en cours de construction ou de rénovation.

Ces chantiers nécessitent le recrutement de nouveaux employés qui recevront un revenu.

En conséquence, plus de gens gagneront plus et dépenseront plus pour consommer.

L’activité économique mondiale sera donc stimulée.

Aujourd’hui

Grâce aux mesures prises après la crise de 2008, l’activité économique a pu reprendre. De cette façon, une crise majeure comme celle-ci a été évitée en 1929.

Ensuite, de nombreuses entreprises dans le monde ont fait faillite et des millions d’employés se sont retrouvés dans la pauvreté.

Pourtant, l’activité économique est restée fragile car elle dépend également de facteurs sociaux et politiques qui provoquent des troubles sur notre planète.

Le contexte politique dans le monde n’est pas vraiment calme. La guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis, les tensions entre l’Iran et les États-Unis, et en particulier l’instabilité au Moyen-Orient, apportent beaucoup d’incertitudes pour l’avenir. De plus, nous savons que les investisseurs hésitent à investir en cas de risques évidents.

En revanche, les prix des matières premières sont énormément influencés par les conflits. Par exemple, les prix du pétrole fluctuent en fonction des événements au Proche-Orient. Comme la plupart des carburants sont fournis à partir de là, une augmentation des prix influence rapidement l’activité économique.

Dans ce contexte plutôt tendu, les banques centrales ont maintenu des taux d’intérêt très bas. Celles-ci ont tendance à être nulles voire négatives. Ils souhaitent ainsi stimuler l’activité économique et la consommation privée plus longtemps.

Si cette situation favorise fortement l’emprunt et donc l’investissement dans l’économie et la consommation, elle entraîne un taux d’épargne très bas et même un taux zéro pour le compte d’épargne. Confier votre argent à la banque n’est plus efficace.

L’alternative collaborative proposée par mozzeno.com

mozzeno.com est la première plateforme belge qui permet à des particuliers de financer indirectement les prêts personnels d’autres particuliers.

D’un côté, un prêt personnel réalisé en Belgique et de l’autres des investisseurs qui souscrivent des Notes émisent par mozzeno. Celles-ci correspondent à ce prêt.

Tout commence par une simulation et une demande en ligne pour ce prêt. La capacité de remboursement est évaluée dans le cadre de ce crédit à la consommation.

Bien entendu, le type de crédit demandé est aussi pris en compte. L’objectif de la plateforme est de proposer le prêt personnel au meilleur taux. Le montant emprunté dépend du profil et du projet.

C’est vous qui choisissez le montant. En fonction un coût total est proposé sous forme du TAEG qui reprend aussi les frais de dossier.

Le crédit en ligne est une solution efficace pour financer un projet personnel. Bon à savoir le remboursement anticipé est toujours possible. Alors introduisez dès aujourd’hui votre demande de prêt personnel en Belgique et découvrez votre taux d’intérêt personnalisé.

ATTENTION EMPRUNTER DE l’ARGENT COÛTE AUSSI DE L’ARGENT.