Même si l’achat d’une maison continue d’intéresser le public, la tendance semble évoluer. Construire sa maison est en effet le projet immobilier de plusieurs futurs propriétaires. Cette option offre plusieurs avantages dont le plus important est la conception d’un habitat conforme aux goûts et au plan de maison rêvé par les futurs habitants. Cependant, plusieurs étapes doivent être franchies, comme celle du financement. Plus de détails dans cet article.

L’apport personnel

L’une des manières les plus simples de financer votre future maison demeure l’apport personnel. En réalité, il est conseillé de toujours prendre en compte ses apports personnels pour construire sa maison, surtout si vous pensez demander un prêt pour compléter le montant. L’apport personnel vous offre un avantage et une relative marge de manœuvre par rapport à la somme à emprunter. En effet, lorsque vous avez défini votre budget de départ pour lancer votre projet de construction, la somme à emprunter est moins importante ; et cela permet de réduire le risque de surendettement. Ensuite, lorsque l’apport est important, la durée de remboursement est réduite et le taux d’intérêt est bas. Un bon apport personnel doit représenter au moins 20 % du budget global du projetLa constitution de votre apport personnel n’est pas un réel problème, parce que les banques sont généralement peu regardantes sur la provenance des fonds. Votre apport peut être constitué d’économies personnelles, d’autres emprunts (PTZ, PAL…), d’un gain soudain d’argent, d’un terrain anciennement acheté… Précisons qu’il est toutefois possible d’emprunter sans apport personnel. Vous pouvez pour cela consulter les offres des constructeurs de maisons, car certains ont des partenariats avec des banques. Ils pourront vous aider à décrocher votre prêt sans apport.

Le prêt bancaire pour construire sa maison

Le prêt bancaire est l’option la plus classique à laquelle les futurs propriétaires ont recours pour leur projet de construction. Comme cela a été mentionné plus haut, le montant du prêt sera attribué en fonction du budget nécessaire à la construction de votre maison individuelle, mais également à l’investissement de départ. Pour obtenir un crédit bancaire pour la construction d’une maison neuve, il faut respecter la règle du taux d’endettement maximal, et celle-ci est de 33 %. Cela veut dire que votre échéance de crédit ne peut pas dépasser le tiers de vos revenus mensuels. Par ailleurs, lorsque vous contractez un tel prêt, il est recommandé de prendre dans le même temps une assurance emprunteur. En fonctions des garanties concernées, vous serez assuré en cas d’invalidité, de perte d’emploi ou de décès. Le prêt immobilier est généralement contracté pour une période maximale de 30 ans. Toutefois, avant de contracter un prêt auprès d’une banque, faites des comparaisons entre les différents organismes et les options qu’ils proposent. De cette manière, vous pourrez négocier un meilleur prix.

Les aides financières de l’État

L’État propose différents prêts bonifiés à ceux qui se lancent dans la construction de maison neuve. Ces prêts peuvent vous aider à établir vos apports personnels ou comme compléments d’un prêt classique, si ce dernier ne suffit pas. Parmi ces prêts, on peut citer :

  • le PTZ
  • le PAL
  • le PAS
  • l’épargne logement.

Le PTZ ou prêt à taux 0 %

Il s’agit d’un prêt gratuit et sans intérêts à payer pouvant permettre le financement d’une partie de votre maison à hauteur maximale de 40 %. Il est réparti entre toutes les banques et ne peut financer que les premières résidences principales neuves. Le PTZ est octroyé en fonction de la zone d’habitation et des revenus. Plus de 80 % des Français peuvent bénéficier de ce prêt dont la durée de remboursement est de 25 ans.

Le Prêt Action Logement (PAL)

Ce prêt est accessible par les employés qui travaillent dans une entreprise (en dehors de la fonction publique) de plus de 10 salariés. Le montant de ce prêt varie entre 7 000 et 25 000 euros selon l’adresse de la maison. Toutefois, il ne peut financer plus de 30 % de la construction. Son taux hors assurance actuelle est de 1 % et la durée de remboursement est comprise entre 5 et 20 ans. Pour obtenir ce prêt, vous devez en faire la demande auprès de votre employeur. Notez que celui-ci n’est pas contraint de vous l’accorder.

Le Prêt d’Accession Sociale (PAS)

C’est un prêt destiné à financer la résidence principale de l’emprunteur. Il est accordé aux ménages ayant des revenus modestes. C’est un prêt disponible uniquement auprès de banques ou d’institutions financières ayant passé une convention avec l’État. Il peut financer la totalité du coût du projet de construction.

L’épargne logement

Ce prêt suit un principe qui dit qu’au terme d’une période d’économie, une épargne donne le droit à un prêt. Le montant de ce dernier est fonction des intérêts acquis et par conséquent du montant épargné. De plus, le taux de cette épargne est fonction de la date à laquelle le récipiendaire a ouvert son compte. Dans cette catégorie, il y a le Plan épargne logement (PEL) et le Compte épargne logement (CEL). Ces deux prêts peuvent être constitutifs de votre apport personnel.