Alors que le nombre de membres des compagnies d’assurance maladie privées stagne ou même diminue, les assurances complémentaires privées sont de plus en plus populaires. De plus en plus de personnes bénéficiant d’une assurance maladie légale profitent de la possibilité de bénéficier de prestations au même niveau que celles des patients privés en souscrivant une assurance maladie complémentaire privée. Les assurances maladie privées (PKV) proposent généralement des tarifs supplémentaires à cet effet, qui sont spécifiquement basés sur les lacunes des prestations de l’assurance maladie légale (GKV). Les compagnies d’assurance maladie privées génèrent aujourd’hui environ un cinquième de leurs recettes de primes par ce biais.

Si vous regardez autour de vous, vous trouverez un grand nombre de prestataires qui proposent un large éventail de polices d’assurance complémentaires pour les personnes bénéficiant de l’assurance maladie obligatoire. L’éventail va de l’assurance dentaire complémentaire à la couverture supplémentaire pour les séjours hospitaliers, l’indemnité journalière de maladie et la couverture supplémentaire pour les soins infirmiers. Tous ces tarifs d’assurance supplémentaires ne sont pas vraiment utiles. Cet article a pour but de vous aider à décider, parmi les nombreuses assurances complémentaires, lesquelles sont réellement importantes et doivent être prises en considération et lesquelles sont en fait superflues.

Quand les assurances complémentaires privées sont-elles un avantage ?

En tant que membres du régime légal d’assurance maladie, les assurés bénéficient toujours des soins de base qui garantissent le traitement habituel en cas de maladie. Toutefois, si le besoin de traitement dépasse la mesure normale ou si des exigences particulières sont posées au médecin traitant, le GKV ne paie généralement pas, car les tarifs de l’assurance maladie légale ne sont pas suffisants pour cela. Ceux qui veulent encore bénéficier de ces services doivent souvent les payer eux-mêmes. Dans de nombreux cas, la protection par une assurance complémentaire est possible et judicieuse. L’assurance maladie complémentaire peut être utilisée pour combiner une disposition de base relativement peu coûteuse avec une protection d’assurance individuelle tout en limitant la prime d’assurance.

Assurance individuelle ou assurance combinée individuelle ?

Selon l’assureur, les assurances complémentaires peuvent être conclues sous forme de contrats individuels, mais peuvent également être souscrites sous forme de solutions modulaires. Les différents tarifs sont combinés de manière judicieuse dans un ensemble de services, l’assuré pouvant choisir lui-même la protection supplémentaire qu’il souhaite souscrire. Avec d’autres assureurs, le client peut choisir entre des ensembles de services gradués qui offrent une protection standard, étendue ou complémentaire à prime. Les offres forfaitaires sont généralement beaucoup moins chères que la réservation de services supplémentaires individuels. Toutefois, les personnes qui décident de souscrire une assurance complémentaire doivent savoir que – selon le type d’assurance et d’assureur – des délais d’attente de trois à huit mois doivent souvent être observés avant que des prestations ne soient versées pour la première fois au titre de l’assurance complémentaire.

Les principaux tarifs complémentaires privés dans la vue d’ensemble

Les tarifs supplémentaires les plus populaires comprennent

Des tarifs complémentaires ambulatoires sont proposés par pratiquement toutes les compagnies d’assurance maladie privées. Selon le fournisseur, ils peuvent inclure, entre autres, les services importants suivants

Les coûts des lunettes ne sont normalement couverts par l’assurance maladie légale que pour les mineurs et les personnes souffrant d’une déficience visuelle extrême.

Dans ce cas, les caisses d’assurance maladie légales ne versent souvent que certains montants fixes, qui couvrent rarement les coûts.

Les membres du GKV doivent effectuer des co-paiements pour les médicaments sur ordonnance

Les coûts de cette mesure ne sont pris en charge par les caisses d’assurance maladie légales que dans des cas exceptionnels. Les compagnies d’assurance maladie obligatoire ne prennent en charge que les examens médicaux préventifs et les mesures préventives dans le cadre de leur catalogue de prestations. Tous les services allant au-delà doivent être pris en charge par le patient en tant que services IGEL. Là aussi, il peut être utile de disposer d’une assurance complémentaire qui couvre les coûts des mesures prises au-delà.

Les assurances dentaires complémentaires privées paient des prothèses dentaires de qualité supérieure pour les couronnes ou les ponts ou des implants coûteux. Étant donné que dans ce domaine, les fonds SHI ne versent que de très faibles subventions, qui ne couvrent souvent qu’une petite partie des coûts réels, la conclusion d’une politique dentaire complémentaire a un sens réel dans de nombreux cas. Toutefois, il existe également une période d’attente plus longue avant le versement des prestations. Donc, si vous souscrivez déjà une assurance complémentaire contre le mal de dents, vous serez certainement déçu. Toutes les questions de santé pertinentes doivent également recevoir des réponses véridiques lors de la mise en place d’une politique. L’article sur le financement des coûts des prothèses dentaires explique comment financer votre prothèse dentaire de toute façon.

La protection hospitalière supplémentaire

Alors que les patients privés sont soignés dans des chambres à un ou deux lits au maximum, les patients bénéficiant d’une assurance maladie doivent souvent partager leur chambre d’hôpital avec deux, trois ou même plus de patients. Grâce à un tarif supplémentaire, les patients bénéficient de la même protection d’assurance que les patients privés pendant les séjours à l’hôpital. Cela comprend à la fois l’hébergement dans la clinique et le droit à un traitement par un médecin en chef, mais pas le traitement dans une clinique privée coûteuse. En outre, il existe toute une série d’autres assurances complémentaires qui, par exemple, couvrent une indemnité journalière d’hospitalisation ou une indemnité journalière de maladie, améliorent la protection de la santé lors de voyages à l’étranger ou sont destinées à couvrir les frais supplémentaires occasionnés par les soins infirmiers en tant que couverture complémentaire des soins infirmiers.

La couverture des coûts n’est pas toujours complète !

Il existe des différences significatives dans l’étendue des services et les niveaux de remboursement entre les différents prestataires et les tarifs. Si certaines compagnies d’assurance maladie privées remboursent la totalité des coûts dans certains domaines, les services fournis par d’autres sont limités soit par le montant du service, soit par la durée. Dans de nombreux cas – notamment pour les soins dentaires et les prothèses dentaires – seul un certain pourcentage est remboursé, de sorte qu’une contribution personnelle est requise. Dans d’autres cas, le remboursement est basé sur la différence entre l’avantage légal et les coûts réels encourus. Toutefois, lorsqu’elles choisissent une assurance complémentaire, les personnes bénéficiant d’une assurance légale doivent être particulièrement attentives et faire des comparaisons minutieuses.