Tout le monde souhaite se renseigner sur le système de santé en Belgique découvrira rapidement que le système d’assurance maladie belge fonctionne de manière similaire à celui de l’Allemagne. Il repose sur le principe de solidarité, ce qui signifie que chaque citoyen est tenu de souscrire une assurance maladie obligatoire.

D’un autre côté, il est financé par les cotisations de sécurité sociale, ce qui signifie que, comme en Allemagne, les salariés belges voient leurs cotisations au prorata pour tous les aspects de la sécurité sociale déduites de leur salaire brut. Les travailleurs indépendants, en revanche – ici, le système de santé en Belgique est plus semblable à celui de l’Italie – doivent payer leurs cotisations de sécurité sociale, y compris les cotisations d’assurance maladie, directement à la caisse d’assurance sociale sur leurs revenus. Cela semble plus déroutant que cela ne l’est en réalité.

Ces questions que vous devez vous poser avant de faire le premier pas

Avant de commencer à cotiser au système de santé belge, vous devez d’abord connaître votre statut. Avez-vous besoin d’une assurance maladie belge ? De fait, votre assurance maladie allemande (étrangère) peut être suffisante. En effet, toutes les personnes qui séjournent en Belgique ne sont pas tenues de souscrire une assurance maladie.

Si vous répondez “oui” aux questions une et deux, vous devez être couvert par une assurance maladie belge. Si votre réponse est “non” et que vous vous rendez en Belgique pour un semestre à l’étranger, une année d’échange ou pour une orientation professionnelle, vous ne devez pas demander une place dans le système de santé en Belgique.

En effet, même si vous êtes rémunéré pour un séjour au pair ou un stage en entreprise, le pays dans lequel vous résidez est responsable de votre couverture d’assurance. Pour les séjours temporaires, il s’agira probablement encore de l’Allemagne. Pour connaître la validité de votre couverture d’assurance maladie internationale, vous devez vous adresser à l’avance à votre caisse d’assurance maladie allemande.

En règle générale, les séjours de moins de 180 jours ne posent toutefois aucun problème pour la couverture de l’assurance maladie allemande. Si votre stage dure un an, prenez simplement un long week-end de congé à la maison. Ainsi, vous réinitialisez votre compteur de 180 jours lors de votre retour en Belgique et vous êtes protégé comme d’habitude.

Notez bien ceci : Indépendamment de la couverture d’assurance, les 180 jours sont également des repères pour les contribuables. Si le séjour dure officiellement plus longtemps, la convention de double imposition s’applique. Mais c’est une autre affaire. Dans un souci d’exhaustivité, il ne faut pas le laisser sans mention.

Comment bénéficier du système de santé en Belgique ?

La Belgique possède le statut fiscal de “non-résident”. Légèrement trompeur dans son nom, il signifie essentiellement un statut fiscal exceptionnel pour les étrangers travaillant en Belgique en tant que salariés. (Cela inclut les participants à des programmes d’échange, des programmes de recherche, etc.).

Dans ce cas, vous seriez assuré par votre employeur et ne devriez pas payer de cotisations au système de santé belge. Toutefois, il est important que vous vous mettiez d’accord au préalable avec votre employeur et que vous vous renseigniez pour savoir si vous avez droit à ce statut de non-résident.

Si cela ne vous concerne pas non plus, vous devez être résident en Belgique et fournir une preuve d’activité professionnelle pour être couvert par l’assurance maladie belge. Il peut s’agir d’un contrat de travail ou d’une déclaration de votre activité indépendante en Belgique.

Système de soins de santé en Belgique : ce qu’il faut savoir

À l’instar du système italien, le système belge d’assurance maladie présente un grand avantage par rapport au système allemand : Qu’il s’agisse d’un indépendant ou d’un salarié, chacun verse les mêmes cotisations, proportionnellement, à un système public. Les assurances privées coûteuses, qui sont obligatoires pour les indépendants en Allemagne, sont purement facultatives en Belgique.

En effet, la sécurité de base est garantie par la marmite publique. Comme on ne paie pas de cotisations d’assurance maladie au sens propre du terme, mais une cotisation sociale, l’assurance chômage et l’assurance retraite sont également incluses dans les cotisations. Là encore, le principe est similaire à celui de l’Italie. Sur le salaire brut d’un employé en Belgique, environ 13 % sont déduits pour les cotisations de sécurité sociale. La contribution de l’employeur est de près de 33%.

Pour l’assurance maladie pure, les employés versent de leur propre poche 100 euros supplémentaires par an dans le système de santé belge. Toutefois, vous devez payer à l’avance en Belgique. Cela signifie que vous devez payer les examens médicaux, les médicaments à la pharmacie, les traitements après un accident, etc. Vous devez ensuite demander le remboursement au système de santé en Belgique.

Au début, cela semble beaucoup et déroutant. Mais il peut être intéressant d’entrer dans le système de soins de santé en Belgique si vous restez plus longtemps et n’avez pas le statut de non-résident fiscal. Parce qu’elle est toujours moins chère que l’assurance maladie privée pour les personnes qui déménagent.